Mes sources d’inspiration sont essentiellement urbaines. De par la variété de ses structures, de ses formes, de ses situations, de ses textures, la ville offre, à celui qui y prête attention, un visage profondément évocateur. Je suis sensible en particulier, aux interactions lumière / matière : lorsqu’un matériau aux aspérités profondes, minérales, rencontre une lumière pénétrante, ou lorsqu’une surface trouble absorbe un visage pour n’en restituer qu’une évocation.

Mon travail se situe à la frontière entre figuration et abstraction.

Il consiste en une redécouverte du réel, ainsi qu’en une mise en évidence de son caractère relatif. En effet, les images proposées revêtent souvent une dimension ambiguë. Le spectateur est ainsi amené à perdre ses repères habituels. Il est alors à même de bâtir sa propre interprétation de l’image via un dialogue ouvert entre ses propres références et la photographie, un dialogue entre lui-même et l’artiste. En mettant en valeur le caractère protéiforme du réel, ce travail a vocation à être une invitation au dialogue et à l’ouverture.

Cette relativité du réel provenant de la diversité des individus, je place au centre de ma réflexion et de ma démarche artistiques, l’individualité, en tant qu’objet de respect et source de richesse.